Les intentions de prière :
pour qui la Messe est-elle célébrée ?

Les offrandes de messes dans la tradition de l’Église :

la « Lex Orandi »

L’Église, dans tous ses membres,

offre le sacrifice eucharistique.

Cette  affirmation est inscrite de trois manières dans la lex orandi

et la pratique constante de l’Église :

1. Les paroles de l’anamnèse, de l’unde et  memores,

comportent pratiquement toujours les deux éléments

conjoints  du « faire mémoire » et de l’ « offrir » :

memores offerimus.

Ces deux éléments ne peuvent être séparés  liturgiquement et  doctrinalement.

2. La liturgie n’a jamais cessé de dire que les fidèles offrent avec le prêtre.

Dans le canon romain, le prêtre demande à Dieu de se souvenir des fidèles et ajoute : « Nous t’offrons pour eux, ou ils t’offrent pour eux-mêmes et tous les leurs ce sacrifice de louange » :

pro quibus tibi offerimus vel qui tibi offerunt

3. L’Eucharistie de la communauté chrétienne a toujours comporté l’offrande matérielle faite par les fidèles, sous des formes diverses : offrande du pain et du vin pour l’Eucharistie, et conjointement offrande pour les besoins de l’Église, la subsistance du clergé et celle des pauvres.

La messe pro populo

Elle est d’abord, le dimanche

et les jours de fêtes de précepte,

la messe « cum populo », célébrée avec la

communauté assemblée.

La messe est appliquée au peuple 

dont le célébrant est le pasteur. 

Par là se manifeste le lien qui unit le

pasteur propre à la communauté qui lui est confiée.

L’obligation de la messe pro populo s’impose à l’évêque diocésain ou à l’administrateur diocésain (c. 388 ; 429) et au curé (c. 534). Lorsqu’il y a plusieurs prêtres in solidum, cette messe sera appliquée par l’un deux, après entente entre eux (c. 543 § 2).

La célébration à des intentions particulières

Cette pratique est constante depuis les premiers siècles de l’Église.

Intention du donateur et engagement du prêtre :

Il y a une volonté du donateur pour la célébration de messe avec intention précise.

Le prêtre s’engage à célébrer la messe à l’intention déterminée et dans les conditions fixées, s’il y en a et si elles peuvent être acceptées.

Cet engagement est réel :

il porte sur un service spirituel à accomplir. Il engage gravement la conscience personnelle du prêtre qui a reçu l’offrande, même s’il ne célèbre pas lui-même la messe à cette intention.

L’offrande de messe revient au prêtre qui célèbre la Messe demandée.

Le montant de l'offrande est actuellement fixé à 18 euros.

Source : site de l'évéché de Strasbourg : www.alsace.catholique.fr